Comment financer sa formation

Selon votre statut, vous avez des droits pour financer la formation.

Premier cas :

Vous êtes en activité indépendant (entreprise individuelle ou société SARL/EURL, etc..), vous pourrez obtenir un remboursement de votre formation dans la limite des plafonds en vigueur.

Pour connaître à quel fond de formation l’URSSAF reverse votre cotisation formation CFP (Cotisation à la Formation Professionnelle).

  • Connectez-vous à votre compte sécurité sociale des indépendants.
  • Puis dans votre dossier télécharger votre Attestation de droits à la formation (CFP)

Si votre fond d’assurance de formation est le FAFCEA.

Veuillez nous joindre votre attestation CPF avec un extrait d’immatriculation à la chambre des métiers RM (daté de moins d’un an) et on monte la demande de prise en charge au FAFCEA et on fourni les justificatifs à produire avant et après la formation (programme de formation, devis, convention de formation, feuille d’émargement, facture acquittée, attestation de présence).

Au préalable vous créer votre compte sur le FAFCEA.

Si votre fond d’assurance de formation est l’ AGEFICE.

Veuillez nous joindre votre attestation CPF avec un extrait Kbis (daté de moins d’un an) et on vous fourni les justificatifs à produire avant et après la formation (programme de formation, devis et convention de formation) pour déposer votre dossier au point d’accueil AGEFICE dont vous dépendez.

Vous créer votre compte ou vous connecter si déjà inscrit.

Second cas :

Vous êtes sans activité inscrit à POLE EMPLOI.

Vous pouvez demander une aide individuelle à la formation AIF, si c’est pour un projet de création d’entreprise AIF-PE.

Nous pouvons saisir directement la demande sur l’application KAIROS, pour cela nous étudions avec vous votre projet et vos objectifs pour proposer un devis et programme adapté à POLE EMPLOI.

Vous devrez nous fournir votre IDE (identifiant demandeur d’emploi).

Ces données ne seront pas utilisées à d’autres fins que pour votre projet de formation.

Troisième cas :

Vous êtes salarié, alors vous pouvez dans un premier temps consulter vos droits CPF (Compte Personnel de formation), à compter du 21 novembre 2019.

Le « Compte Personnel de Formation », est entré en vigueur le 1er janvier 2015.

Il s’adresse à tous les salariés, les demandeurs d’emploi et les jeunes sortis du système scolaire sans qualification particulière.

Depuis la loi du 5 septembre 2018, sa gestion est confiée à la caisse des dépôts et consignations (CDC).

Votre employeur souhaite financer la formation par un OPCO (OPÉRATEUR DE COMPÉTENCES).

Le 1er avril 2019, onze opérateurs de compétences (OCPO), chargés d’accompagner la formation professionnelle, ont été agréés. Ils remplacent les anciens organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA).
Ces opérateurs de compétences ont pour missions de financer l’apprentissage, d’aider les branches à construire les certifications professionnelles et d’accompagner les PME pour définir leurs besoins en formation.Près de 329 branches sont réparties dans 11 OPCO, au lieu des 20 OPCA qui existaient auparavant.

Vous souhaitez savoir à quel OPCO appartient votre branche ?

Trouvez-le grâce à votre IDCC (identifiant de convention collective).

LES OPCO ont pour mission :

  • d’assurer le financement des contrats d’apprentissage et de professionnalisation, selon les niveaux de prise en charge fixés par les branches professionnelles
  • d’apporter un appui technique aux branches professionnelles pour établir la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC)
  • déterminer les niveaux de prise en charge des contrats d’apprentissage et des contrats de professionnalisation
  • les accompagner dans leur mission de certification (construction des référentiels de certification qui décrivent précisément les capacités, compétences et savoirs exigés pour l’obtention de la certification visée)
  • de favoriser la transition professionnelle des salariés, notamment par la mise en œuvre du compte personnel de formation dans le cadre des projets de transition professionnelle
  • d’assurer un service de proximité au bénéfice des très petites, petites et moyennes entreprises, permettant :d’améliorer l’information et l’accès des salariés de ces entreprises à la formation professionnelle
  • d’accompagner ces entreprises dans l’analyse et la définition de leurs besoins en matière de formation professionnelle, notamment au regard des mutations économiques et techniques de leur secteur d’activité